L’importance de manger local et de saison

La première question du calculateur WWF aborde le thème des fruits et légumes de saison. Par saison, on entend ici que les fruits et légumes pousseraient naturellement (sans intervention humaine disons) durant une période définie. En effet, lorsque l’on rentre aujourd’hui dans un supermarché, il est difficile de savoir quels produits sont de saisons. La plupart sont disponibles toute l’année, et ce à des prix assez peu fluctuants. Tomates, poivrons, aubergines, courgettes, pommes, raisins et bien d’autres sont toujours présentes en abondance sur les étalages des supermarchés. Pourtant, comme tous les autres fruits et légumes, ils ne devraient pas être disponibles toute l’année. Les tomates par exemple poussent naturellement entre Mai et Septembre et les pommes entre Octobre et Mars. Comment les agriculteurs et la grande distrbution s’y prennent-ils donc pour avoir tant de choix sur toute l’année.

Local et de saison vont de pair

La première et plus facile dessolutions est d’aller prendre les légumes et les fruits dans des pays où ils sont justement de saison. C’est en cela que la question du calculateur n’est pas tout à fait bien posé. Il faudrait dire de saison et local. En effet, dans l’hémisphère Sud, même dans le Maghreb par exemple, il n’est pas difficile de faire pousser des tomates en plein hiver (pour l’Europe !). Cependant, ces produits viennent donc de loin. Pour les transporter on a recours au mieux au camion, au pire à l’avion. Forcément, cela a un prix pour son empreinte carbone. Manger des tomates « fraîches » en hiver n’est pas une bonne chose. Il est fort peu probable qu’elle vienne de proche de chez vous. Elle sera d’ailleurs sans doute cueilli avant maturation et aura une qualité nutritive bien moindre, mais ça c’est une autre histoire !

La seconde solution est d’avoir recours à des méthodes agricoles artificielles qui permettent de s’affranchir des aléas climatiques. La plantation hors-sol et les serres chauffées en sont deux exemples. Elles permettent même en plein hiver de maintenir une température à peu près constante pour les fruits et légumes ainsi cultivés et ainsi éviter les périodes de gel (qui font justement que l’hiver est plus pauvres en produits frais !). Seulement ces méthodes sont très énergivores et consomment donc elles aussi du CO2. L’Islande est le plus gros producteur de bananes du continent européen (on ne compte pas les DOM-TOM bien sûr) mais il a a sa disposition une source d’énergie propre qui lui permet ce genre de folies. Voyez plutôt une image des serres en  Islande, chauffées et illuminées pendant tout l’hiver, et une bonne partie de l’été. Vous imaginez la facture d’électricité !

Une offre désormais abondante dans les villes

Il faut donc privilégier au maximum l’achat et la consommation de fruits et légumes de saison dont l’impact ne sera tout de même pas nul – il faut bien les acheminer jusqu’aux marchés/épiceries – aussi bien pour l’environnement que pour le goût et la qualité nutritive des aliments. Voilà quelques enseignes en Ile de France qui permettent de se fournir facilement en produits locaux et de saison. En province c’est généralement bien plus facile, la plupart des producteurs vendant directement leurs récoltes de la semaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *